Promotion/Aménagement/Transactions

FAQ

Entrez ici votre numéro de téléphone et nous vous rappellerons dès que possible :

Tel : 04 68 66 85 55

Quelles questions se poser avant d’investir dans l’immobilier neuf ?

L’achat d’un bien immobilier neuf constitue nécessairement une étape-clé de votre parcours de vie. Que l’acquisition soit consentie dans le cadre d’un investissement locatif ou à titre personnel, il s’agira ainsi de de poser en amont les bonnes questions. Nous vous aidons à y voir plus clair.

Dans quel quartier investir ?

L’emplacement du logement est bien entendu l’un des critères principaux à prendre en compte. La règle est ici très simple : il s’agira de pouvoir se projeter dans l’avenir. Pour pérenniser votre achat, privilégiez donc les quartiers attractifs, disposant de nombreux commerces de proximité, d’espaces verts, d’administrations et d’écoles. Si l’habitation est située à proximité d’un axe majeur de transport, c’est également un avantage non négligeable. Les quartiers des villes déjà cotées sont à ce titre un bon choix. Vous avez également l’opportunité de parier sur la réussite de quartiers en plein renouveau urbain, à l’image des écoquartiers. C’est ici que les risques de vacances locatives sont les plus faibles.

L’immobilier neuf est-il un bon choix ?

Tout investisseur immobilier se trouve nécessairement confronté à un choix : vaut-il mieux dépenser son argent dans le neuf ou l’ancien ? Selon nous, il n’y a pas de mauvaises solutions. Investir dans l’immobilier neuf vous permettra par exemple de profiter d’un certain nombre d’avantages, en premier lieu desquels des frais de notaire particulièrement avantageux. Ils s’élèvent dans le neuf à environ 3 % du prix d’achat, contre 8 % dans l’immobilier ancien. Investir en VEFA, c’est également bénéficier de performances énergétiques accrues et du parfait respect des règles thermiques en vigueur. L’impact sur les dépenses annexes et les charges s’en fera rapidement ressentir. Un argument de poids pour attirer les locataires !

Peut-on profiter d’aides fiscales ?

Soucieux de la revalorisation de certains centre-villes, l’État français met à disposition des investisseurs plusieurs dispositifs d’aide financière. Le plus connu d’entre eux ? Le dispositif Pinel. Accessible jusqu’au 31 décembre 2021 dans les zones tendues (A, A bis et B1), le dispositif Pinel octroie à l’acheteur une réduction d’impôts en contrepartie d’un investissement locatif réalisé sur 6, 9 ou 12 ans. Pour bénéficier de cette aide, le logement doit être loué nu et à un prix inférieur à celui du marché. Les revenus du locataire ne doivent également pas dépasser un certain seuil.

Comment choisir son promoteur ?

Pour bien choisir son promoteur, il s’agira bien entendu de prendre en compte un certain nombre de critères. Le bouche à oreille et les expériences passées de votre interlocuteur vous donneront un aperçu fiable sur son professionnalisme. N’hésitez également pas à parcourir les sites professionnels, les blogs et les forums pour renforcer votre avis. Les indications communiquées par ses anciens clients constituent des arguments de choix en sa faveur ou sa défaveur ! Dans certains cas, il est également conseillé d’opter pour un promoteur régional, et non national, en raison de sa meilleure connaissance des spécificités du marché immobilier local.

Pour quelle superficie opter ?

La question se posera évidement si vos moyens financiers sont conséquents. Dans une ville étudiante, il pourra par exemple être intéressant d’investir dans un studio ou un petit F1, des biens qui possèdent l’une des meilleures rentabilités du marché. Leur taux de rotation est cependant plus rapide que celui des plus grands logements, qui intéressent en priorité les jeunes couples ou les familles nombreuses, soient 2 cellules fiscales plus stables. Les risques d’impayés sont alors moins importants.

By: euroimmo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>